header banner
Default

Le test de Diablo 4 : Blizzard a-t-il tenu ses engagements?


Plus d'une décennie s'est écoulée depuis la sortie de Diablo 3, et le double depuis la sortie de Diablo 2. C'est étrange quand on y pense, d'autant que ces jeux sont restés populaires auprès d'un nombre élevé d'irréductibles, aux avis très partagés. Et de son côté, Diablo Immortal est surtout resté dans les mémoires pour sa monétisation, dont les abus ont battu des records. On ignore si Diablo 4 parviendra à réconcilier tout le monde, mais il semble en avoir l'ambition, puis qu'il reprend ce qui est considéré comme les meilleurs points de chacun de ces jeux, tout en les proposant sous une forme moderne.

Diablo IV
  • Genre : Action-RPG, Hack and Slash, Monde ouvert, Jeu en ligne
  • Date de sortie : 2 juin 2023 (accès anticipé), 6 juin 2023 (sortie officielle)
  • Plateformes : PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series
  • Développeur : Blizzard
  • Éditeur : Activision-Blizzard
  • Prix : 69,99 €
  • Testé sur : PC

Réunion de famille

VIDEO: Ne jouez pas à Diablo 4.
Ascuns

Près de cinquante ans après les événements de Diablo 3 Reaper of Souls, et le génocide de la majorité de l'humanité par l'ange déchu Malthaël, la situation est une fois de plus sur le point de dégénérer sur Sanctuaire. Lilith, la fille de Méphisto, qui est aussi, techniquement, la mère de l'humanité, est de retour suite à un long exil dans les abysses, officiellement pour sauver la population d'un autre désastre familial à venir. Comme le racisme à l'encontre les êtres cornus étant à son plus haut niveau historique sur Sanctuaire, tout le monde n'est pas convaincu, et un nouveau groupe de héros se prépare à prendre lui-même les choses en main. Il compte bien renvoyer Lilith d'où elle vient, en pourfendant des centaines de milliers de démons, afin de rétablir un semblant de paix, tout en se remplissant les poches d'or et d'objets légendaires. L'histoire et l'ambiance ont beaucoup plus d'importance dans Diablo 4 que dans les titres précédents, et si tout n'est pas parfait, c'est bien mieux amené que par le passé. Diablo 4 est globalement beaucoup plus sombre, et il s'inspire lourdement du cinéma d'horreur dans ses cinématiques. Il faut dire que le moteur graphique a suffisamment évolué pour afficher des modèles en 3D richement détaillés, dépourvus de l'aspect "cartoon" qui a tant fait grincer des dents avec son prédécesseur.

Même les nombreuses cutscenes utilisant le moteur du jeu rendent très bien, et on peut admirer son personnage alors qu'il participe activement à l'intrigue, pour une fois, même s'il manque un peu de caractère. Cela fait un peu penser à The Shining par moments, dans la façon dont sont amenées les choses, avec un côté dérangeant, alors qu'à d'autres moments, on tombe carrément dans le gore, avec du sang et des boyaux partout. Dans l'ensemble, on échappe aux raccourcis grossiers qu'utilisent bien trop de jeux modernes (dont Diablo 3), même s'il y a tout de même quelques petites erreurs de parcours. C'est plutôt surprenant, mais l'histoire et les dialogues nous ont globalement accroché, avec des personnages principaux ambigus malgré leurs origines, comme Lilith la démone, et Inarius l'archange. On ne va pas prétendre avoir été totalement convaincu par chaque détail du scénario et chaque personnage, mais on en ressort globalement satisfaits, malgré l'ouverture béante laissée volontairement pour introduire les suites à venir sous forme de mise à jour ou d'extensions. Soulignons au passage que l'ambiance sonore est très soignée, avec des musiques sombres, inquiétantes et mystérieuses, ainsi qu'un doublage de qualité, que ce soit en Anglais ou en Français. Cela contribue à créer cette ambiance particulière et à donner un charme particulier à Diablo 4.

Diablo IV

Gameplay

VIDEO: Test : Diablo 4, Blizzard a perdu la recette - sous-titres dispo
Ex Serv

Les grandes lignes du gameplay restent exactement les mêmes que celles établies par Diablo premier du nom, dans les années 90. On joue un personnage en vue isométrique, et on tue tout ce qu'on croise, afin d'accumuler de l'expérience et des niveaux, tout en ramassant tout ce qu'on trouve, afin d'améliorer son équipement. On retourne en ville de temps à autres avec un portail pour vider ses sacs et faire le tour des marchands, avant d'y retourner. Une esquive avec un temps de recharge fait son entrée, mais en dehors de ça, c'est classique et efficace, à défaut d'être original. Bien entendu, la façon dont vous allez jouer va être lourdement influencée par votre classe. Alors qu'un Barbare va littéralement sauter dans le tas, avant de tout découper et écraser, une Sorcière va plutôt avoir tendance à faire pleuvoir la mort de loin. Le Nécromancien, lui, préfère laisser ses serviteurs faire le sale travail à sa place, pendant qu'il fait exploser des cadavres dans tous les sens.

Diablo IV

Les cinq classes du jeu ont en commun la gestion d'une ressource, avec des compétences basiques qui la génèrent, et des compétences principales, bien plus puissantes, qui la dépensent. Vous avez cependant une assez grande liberté dans votre façon de jouer, et ce dès le niveau 2, qui est atteint en moins de deux minutes : plutôt que de vous donner automatiquement des compétences à des niveaux précis, Diablo 4 y va à l'ancienne, et vous propose d'investir vous-même vos points pour les débloquer. Cela donne déjà quatre à cinq façons de jouer dès le début, en fonction de vos affinités, puis les choix vont se multiplier en progressant dans l'étrange arbre de compétences du jeu.

Mais une fois passés les premiers niveaux, les arbres de compétences risquent de diviser les joueurs, puisqu'ils s'avèrent assez étroits, avec une sélection plutôt restreinte de sorts et de techniques disponibles pour chaque classe. Pour compenser, le champ des possibilités va s'élargir par la suite, avec les choix d'équipement. Les objets ne se limitent pas à de vulgaires sources d'inflation des statistiques de votre héros, puisque les objets légendaires possèdent des aspects, conférant des pouvoirs plus exotiques. C'est exactement le même principe que dans Diablo 3, mais avec une plus grande flexibilité offerte. Les pouvoirs peuvent à présent être extraits et transférés avec une bien plus grande liberté. Les objets aux pouvoirs uniques et aux statistiques fixes font aussi un retour, soit dit en passant. Et pour ceux qui ne comptent pas s'arrêter après avoir terminé la campagne principale, les Plateaux de Parangon proposent des possibilités quasiment infinies aux fans de theorycraft et d'optimisation.

Plus qu'un Sanctuaire à terminer

VIDEO: Blizzard Détruit Diablo IV Mais Promet Que Ça N'arrivera Plus !
Qube loves to play

S'il y a une seule nouveauté à retenir dans Diablo 4, c'est l'incorporation d'un vaste monde ouvert, à la topographie fixe. Cela semble aller à l'encontre de ce que s'efforce de proposer la licence depuis le tout premier Diablo, avec des zones générées de façon procédurale, mais Diablo 4 n'a pas complétement oublié ses racines, et on peut retrouver la chose dans les donjons. Il n'est pas facile de créer un bon monde ouvert, et encore moins de le remplir correctement. Comme nous l'avons mentionné plus haut, les graphismes sont magnifiques pour un jeu en vue "du dessus", en plus de disposer d'un caractère bien trempé. Que ce dans soit les montagnes enneigées des Pics brisés, dans les hameaux des survivants ou dans les eaux putrides des marais d'Hawezar, c'est un régal pour les yeux (moins pour les estomacs sensibles). La présence d'un cycle jour-nuit et de différentes conditions climatiques contribue aussi au réalisme du monde de Sanctuaire, et on ne se lasse pas de le parcourir. La grosse critique qu'on lui ferait est que le monde sert essentiellement de décor. Il y a bien quelques obstacles à franchir, et les monstres sont différents d'une zone à l'autre, mais au final, on joue exactement de la même manière en plein blizzard de nuit qu'en plein jour au milieu du désert. Au moins, vous n'aurez pas à explorer tout cela à pied, même si les points de voyage rapide sont à la fois rares et distants. Une monture est débloquée en cours de campagne, ce qui permet par la suite de faciliter et d'accélérer l'exploration, sans pour autant complètement ignorer les ennemis.

Pour faire de la carte un terrain de jeu, Blizzard a utilisé différentes stratégies dans Diablo 4, avec un mélange d'éléments fixes, et d'autres aléatoires. L'entrée de la centaine de donjons est fixe, comme le sont les Bastions, des forteresses extérieures à nettoyer du mal, qui se transforment ensuite de façon permanente après votre passage. Mais les groupes d'ennemis, et surtout les événements, restent aléatoires. En passant au même endroit à quelques minutes d'intervalle, vous pouvez trouver un coffre, un autel, ou un événement de zone auquel vous pouvez participer, avec ou sans les autres joueurs présents dans la zone. Pour ceux que cela inquiète, les interactions avec les autres joueurs sont limitées, à moins de former un groupe ou de participer à deux activités particulières. La première est le joueur contre joueur dans les Champs de la haine, avec une sorte de free for all JcJcE au milieu des monstres dans des zones dédiées.

Diablo IV

En-dehors des villes, la seconde occasion de vraiment interagir avec les autres joueurs est durant l'affrontement contre les boss mondiaux, qui apparaissent parfois sur la carte. Le jeu va rassembler automatiquement jusqu'à 12 joueurs dans la même instance, pour collaborer automatiquement. Diablo 4 a le bon goût d'éviter les dérives qu'on peut voir dans d'autres jeux inspirés des MMO, et le combat reste à la fois lisible et de courte durée, avec une limite de 15 minutes. Mentionnons au passage que les groupes sont toujours limités à 4 joueurs, et qu'un outil de création de clan est disponible pour ceux qui apprécient l'aspect communautaire. On ne retrouve néanmoins aucune des fonctionnalités présentes dans un MMO comme WoW ou Diablo Immortal, il n'y a pas de classement de clan, ni de raid, ni de réel besoin de jouer en groupe. Même les boss mondiaux peuvent être tués en solo, avec un assez bon équipement.

Diablo IV

Pour revenir à l'open world, il est de grande taille, avec une structure complexe, et il est divisé en 5 régions distinctes. Comme on démarre dans ce qui se rapproche le plus de la région centrale, on peut rapidement partir explorer où on en a envie, du moins, après avoir pris quelques niveaux. La campagne non linéaire du jeu reflète d'ailleurs cette philosophie, puisque les trois premiers actes, chacun lié à une région spécifique, peuvent être réalisés dans n'importe quel ordre, ou en parallèle. Les zones et les ennemis ont tous un niveau minimal, ce qui peut donner des écarts mortels pour les joueurs aventureux, mais une fois ce niveau rattrapé, il progresse avec le vôtre. Cela peut frustrer ceux qui aiment pouvoir rouler sur le contenu de bas niveau, mais cela veut aussi dire qu'il est possible de farmer n'importe où, et de tout explorer, sans jamais perdre son temps. Pour ceux qui veulent une expérience de jeu plus facile, ou au contraire, plus difficile, les modes de difficulté et le mode Extrême sont toujours présents. Augmenter la difficulté est d'ailleurs bien récompensé, avec de nouveaux types d'objets et d'événements.

Uber ou KFC ?

VIDEO: DIABLO 4 TESTS DIABOLIQUES 🔥De l'EXCELLENT... et de la DÉCEPTION 🔥
Julien Chièze

Nous avons pu jouer longuement à Diablo 4, et réaliser l'intégralité de la campagne, avant d'explorer longuement le contenu de haut niveau. Nous n'avons pas pu pousser jusqu'au niveau 100, ni tester l'aspect joueur contre joueur, mais nous avons tout de même eu le temps de remplir plus d'un Plateau de Parangon, et de tester les Donjons du cauchemar et les Vagues infernales, entre autres, pendant quelques dizaines d'heures. Pour tous les joueurs qui ont déjà pu tester Diablo 4 par eux-mêmes sur la bêta ouverte, c'est certainement la plus grosse inconnue, et le point déterminant quant à l'intérêt du jeu. Après tout, à moins de créer de nouveaux personnages régulièrement, ou d'arrêter de jouer, c'est là-dessus qu'on est destiné à passer le plus de temps. Comparé à Diablo 2 et 3, le contenu de haut niveau de Diablo 4 est satisfaisant, puisqu'il est déjà conséquent, et raisonnablement varié. Mais ne vous attendez pas non plus à un déluge de choses à faire.

Diablo IV

Plusieurs activités sont disponibles, avec la possibilité de farmer pour créer le personnage ultime, sans toujours faire la même chose. Il y a toujours quelque chose à faire sur la carte, avec des opportunités multiples dont on peut profiter. Les missions de l'arbre des murmures, qui invitent à voyager un peu partout, se combinent bien aux Vagues infernales, qui transforment provisoirement des régions entières du monde en territoires (encore plus) hostiles, mais aussi plus rentables. Les donjons du cauchemar permettent de modifier aléatoirement les nombreux donjons existants, en leur conférant des modificateurs variés, qui peuvent être en faveur du joueur, mais bien plus souvent à son détriment. La façon dont cela fonctionne fait assez fortement penser au système de Failles supérieures de Diablo 3, avec un peu plus de variété et de prévisibilité dans sa formule. Bien entendu, si on compare Diablo 4 aux poids lourds du milieu, comme Path of Exile et Lost Ark, qui ont eu de nombreuses années pour sortir du contenu supplémentaire après leur sortie, il fait pâle figure, du moins pour le moment.

Pour les nostalgiques, il est aussi un peu dommage qu'il soit complètement impossible de refaire la campagne dans un mode de difficulté supérieur, et de tuer à nouveau ses boss pour ceux qui le souhaitent. Et puisqu'on parle de cela, comptez environ 20 à 40 heures pour terminer la campagne principale en moyenne, puisqu'elle est significativement plus longue que celle des jeux précédents. Cela peut significativement varier en fonction des détours effectués ou non. Il faut y ajouter quelques dizaines d'heures pour terminer d'explorer la carte et pour commencer à attaquer sérieusement le contenu de haut niveau. Le chiffre de 150 heures est avancé pour atteindre le niveau maximum et affronter le boss ultime qui est censé nous y attendre, mais nous n'avons pas pu le confirmer. Nous en étions encore loin, même après 70 heures de jeu.

Diablo IV

Une saison en enfer

VIDEO: Pourquoi il n'y a PLUS PERSONNE sur DIABLO 4 😱DEADGAME😱
ChoopChoop

Il est difficile de juger quel est le potentiel réel de Diablo 4 à l'heure actuelle, puisqu'il a clairement été pensé comme un jeu-service. Son véritable attrait est censé venir des quatre saisons de trois mois prévues chaque année, avec un thème et une grande quantité de contenu inédit à chaque fois, comme de nouvelles quêtes, de nouveaux objets, des mécanismes inédits, etc. L'objectif est d'inviter les joueurs à revenir jouer quelques jours ou quelques semaines régulièrement, en créant un nouveau personnage à chaque fois pour participer. C'est une pratique que cet opus encourage particulièrement, puisqu'en ayant terminé une première fois la campagne principale, il est possible de la passer complètement, et de démarrer directement avec sa monture sur tous ses prochains personnages. Des bonus importants sont aussi transférés à ses rerolls, ce qui aide à redémarrer plus rapidement. Nous n'avons pas pu expérimenter cette facette fondamentale du jeu que sont les saisons, et il n'est pas avisé de croire aveuglément aux promesses d'Activision Blizzard, comme les joueurs d'Overwatch 2 se le sont vu rappelés récemment. Quelques fonctionnalités annoncées durant le développement de Diablo 4 manquent actuellement à l'appel, comme les runes, et par extension les mots runiques, ainsi que les objets d'ensemble.

Diablo IV

La première saison devrait arriver durant le mois de juillet, avec le premier passe de combat, qui ne sera pas "pay to win", d'après les sources officielles. Cela sera un moment presque aussi critique pour Diablo 4 que la sortie, puisque cela servira à déterminer ce qu'on peut attendre du jeu lors des saisons à venir. Pour celles et ceux qui ne sont pas encore convaincus par Diablo 4, ou qui prônent la prudence, il s'agira de l'événement à surveiller, tout comme l'évolution du jeu au long terme. La boutique premium présente en jeu ne devrait aussi proposer que des éléments cosmétiques. Le jeu a clairement été pensé pour être enrichi au fil des ans, comme l'a été Diablo 3, qui a encore droit à des patchs de contenu, aussi modestes soient-ils, et à des saisons, plus d'une décennie après sa sortie. Souhaitons à Diablo 4 qu'il s'enrichisse et se bonifie de la même manière, et qu'il échappe aux dérives qu'on voit trop souvent dans le milieu.

Point technique et confort de jeu

VIDEO: No Blizzard, A Diablo 4 Expansion Isn't Worth $100
Legendary Drops

C'est triste à dire, mais de plus en plus souvent, les soi-disant gros titres ont l'air de sortir sans avoir été suffisamment soignés et optimisés, avec une pléthore de bugs, et des performances douteuses, voire catastrophiques sur PC. Les exemples sont nombreux, rien que ces derniers mois, Jedi Survivor étant le dernier cas en date, ainsi qu'un des pires exemples. La bonne nouvelle est que ça n'a pas du tout l'air d'être le cas pour Diablo 4. Les performances sur PC se sont avérées excellentes de notre côté, et si l'on en juge par les retours des joueurs sur les différentes sessions de bêta, c'est généralisé sur les différentes plateformes. On n'a pas non plus eu à déplorer trop de bugs, puisqu'on n'en a rencontré qu'un seul, en près d'une centaine d'heures de jeu. Même s'ils ont été rares, quelques problèmes avec les serveurs en ligne ont été rencontrés, ce qui a donné quelques déconnexions. Si vous l'ignoriez encore, comme Diablo 3, Diablo 4 est jouable uniquement en ligne, ce qui a son lot d'inconvénients. Les joueurs n'ayant pas la chance d'avoir une bonne connexion ne pourront pas jouer dans de bonnes conditions. Il a aussi été confirmé qu'un abonnement payant au PS+ est nécessaire pour pouvoir jouer sur Playstation, ce qui peut contribuer à alourdir une addition déjà bien chargée.

La présence d'autres joueurs a un impact minimal tant qu'on n'a pas l'intention de faire du JcJ, mais se voir privé de la possibilité de mettre le jeu sur pause, même en étant complètement seul dans une instance de donjon, est assez vexant, surtout pour ceux d'entre nous qui se font sans cesse déranger dans la vie réelle, alors qu'on essaye de jouer tranquillement. Le seul élément qui l'est davantage est probablement la distance de la caméra, étonnamment réduite pour un hack'n slash moderne, ce qui réduit grandement le champ de vision. D'un côté, cela permet d'admirer les détails du décor et des personnages, ainsi que de mieux suivre l'action, mais de l'autre, on se sent à l’étroit, et encaisser des attaques lancées en dehors de ce qui est affiché à l'écran est frustrant. Le pire étant que cela semble être un choix de design, puisque la caméra recule automatiquement lorsqu'on monte à cheval ou qu'on affronte certains boss de très grande taille.

Diablo IV

Pour ne pas finir sur un point négatif, dans ce jeu qui est globalement très bon, abordons l'accessibilité. Les options dans ce domaine sont assez nombreuses, avec plusieurs pages de paramètres variés. Que ce soit dans les réglages de l'affichage, de la lecture des sons, ou avec la possibilité de réattribuer librement les touches, vous devriez pouvoir adapter la jouabilité à vos besoins et envies, tant que vous ne souhaitez pas dézoomer la caméra. On peut aussi confirmer que Diablo 4 est jouable tant avec le combo clavier et souris qu'à la manette, du moins sur PC. Cette seconde option est plus confortable pour les poignets et les épaules, au prix d'une perte de précision sur les techniques à distance.

Diablo IV

Diablo 4 parvient à combiner les meilleurs éléments de la licence. On retrouve son gameplay assez simple mais plaisant, dont on ne se lasse pas facilement, combiné pour la première fois à un monde ouvert bien pensé et bien rempli. La majorité des joueurs devraient y retrouver leur compte, avec des classes variées, une campagne satisfaisante, et un contenu de haut niveau digne de ce nom en attendant les saisons. Ils sont accompagnés d'une ambiance aussi sombre que prenante, emballée dans un ensemble AAA de grande qualité à presque tous les niveaux. Quelques détails peuvent déranger, comme le mode en ligne, ou la monétisation annoncée, mais c'est probablement le prix à payer pour un bon jeu qui devrait continuer de s'enrichir et de s'affiner au fil des ans, si vous êtes prêts à patienter.

Très beau, avec une direction artistique réussie

Une ambiance sombre et prenante

De nombreux builds de classe disponibles, joués de façons distinctes

Un vaste monde ouvert, bien rempli

Une bonne durée de vie, même sans prendre en compte les saisons à venir

Jouable en ligne uniquement, même en solo, donc pas de pause

Seulement 5 classes au lancement, avec des favoris qui manquent à l'appel

L'impossibilité de refaire la campagne et ses boss dans un mode de difficulté plus élevé

Quelques oublis et problèmes en termes de confort de vie

La caméra bloquée bien trop près de l'action

steam

Retrouvez notre liste des prochaines sorties de jeux les plus importants, à ne pas rater en 2023 et 2024 sur PC, Xbox, Switch, PS4 et PS5. Découvrez ici la date de sortie, leur trailer et les principales infos sur les sorties JV à venir.

Voir la suite

Sources


Article information

Author: Destiny Jones

Last Updated: 1703370842

Views: 1221

Rating: 3.9 / 5 (72 voted)

Reviews: 83% of readers found this page helpful

Author information

Name: Destiny Jones

Birthday: 1985-01-15

Address: 497 Joseph Knolls Suite 289, Port Joseville, HI 04960

Phone: +4873575246863881

Job: Film Director

Hobby: Quilting, Surfing, Badminton, Poker, Swimming, Tennis, Rowing

Introduction: My name is Destiny Jones, I am a resolved, forthright, accessible, candid, Colorful, steadfast, capable person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.